Agriculture régénératrice est-elle l’avenir de l’Humanité ?


L’agriculture régénératrice – ou agriculture régénérative – est un rapport durable entre l’Homme et l’environnement. Elle vient comme l’alternative à l’agriculture conventionnelle, elle-même née de la révolution verte. En France, on parle aussi d’agroécologie pour désigner cette approche globale. La permaculture est une forme d’agriculture régénératrice.

Mission n°1 : reconstituer les sols

La pluie et le soleil ont des actions néfastes sur la structure du sol. Il en va de même du piétinement et du passage des engins. Le couvert végétal permanent permet de garder le sol à l’abri de ces agressions. Et ainsi de stopper l’érosion.

mécanisation de l'agriculture
La mécanisation par l’utilisation de machines lourdes est responsable de l’érosion des sols. Photo : Pixabay

L’agriculture régénératrice est une pratique intensive qui mobilise du travail manuel plus que du travail mécanique. Bien que la technologie n’est pas rejetée par principe. Elle demande donc beaucoup de travail pour obtenir de forts rendements à l’hectare. Bien menée, l’agriculture régénératrice égale dans sa production l’agriculture qui repose sur la chimie. Et d’un point de vue environnemental, elle s’inscrit sur une démarche de long terme.

Mission n°2 : Accueillir la biodiversité

L’agriculture conventionnelle a uniformisé les paysages. Les champs ont été cultivé avec une faible diversité d’espèces. Les haies ont été rasées pour rassembler des parcelles de plus grandes superficies. Et bien souvent, des régions entières se sont spécialisées. C’est le cas par exemple des plaines céréalières de Beauce.

L’usage massif des désherbants et de divers pesticides de synthèse a contribué à la disparition de la faune. Les insectes disparaissent en premier et par effet direct c’est toute la chaine alimentaire qui s’éteint. Les régions agricoles deviennent des déserts verts.

agroforesterie
La culture sur le même espace de plusieurs espèces permet d’inviter la biodiversité. Source : Pixabay.

L’agriculture régénératrice fait un usage massif de la biodiversité. En premier lieu en cultivant et en élevant de nombreuses espèces sur une ferme. Mais aussi en invitant les animaux sauvages dans cet espace. Les insectes jouent alors le rôle d’auxiliaires dès que les équilibres ont été restaurés.

L’agriculture régénératrice est une agriculture biologique. Mais elle va au delà du simple bannissement des intrants chimiques. Il s’agit d’une ingénierie du vivant.

Mission n°3 : stocker du carbone

L’émission de carbone sous la forme de CO2 est responsable de l’effet de serre et par conséquence du réchauffement climatique. Cette augmentation de la teneur en gaz carbonique est la conséquence de l’industrie, mais aussi de l’agriculture. Car les sols riches en matière organiques produisent du CO2 dès lors qu’ils sont exploités mécaniquement.

L’agriculture régénératrice à pour objectif d’inverser la tendance et de permettre un stockage du carbone. Elle peut contribuer à diminuer la teneur en gaz carbonique et combattre l’effet de serre. L’agriculteur devra permettre au sol de fixer du carbone sous la forme de matière organique, phénomène que l’on retrouve aussi dans les sols forestiers et les tourbières.

Mission n°4 : créer du lien social

L’agriculture conventionnelle a isolé les agriculteurs. Ces derniers se sont retrouvés liés à des sociétés agroalimentaires. Les interactions avec la société sont déterminés par les prix d’achat des matières produites. Rien d’étonnant à ce que la plupart des agriculteurs s’appauvrissent par leur travail.

L’agriculture régénératrice a pour objectif de replacer les agriculteurs dans la société humaine. Comme actifs responsables de nourrir les populations, ils doivent obtenir un juste retour de leur engagement et de leur travail.

élevage en agriculture régénératrice
L’élevage est intégré dans les fermes agro-écologiques. Source : Pixabay

Pourquoi quitter l’agriculture conventionnelle ?

L’agriculture conventionnelle exploite le milieu sans apporter de compensation. Pour perdurer dans le temps, elle mobilise des intrants et notamment des engrais chimique. Mais sur le long terme, elle est responsable de la dégradation des sols et de la désertification de vastes territoires. Elle ne peut pas répondre aux besoins d’une humanité en constante croissance démographique.

Si vous penser que l’agriculture régénératrice est une chance à saisir, merci de diffuser tous les documents et articles qui veulent la vulgariser. En partageant cet article, vous contribuez à mieux la faire connaître. Nous vous remercions par avance.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

+ 49 = 51